Close

1 juillet 2020

Quelques ressources « École Inclusive 2nd degré »

En septembre, je participais pour la dernière fois au séminaire de début d’année des chefs d’établissement dont le thème était les changements sociétaux dus à la révolution numérique (voir la newsletter n°42).

Quelques jours plus tard, après une rencontre du Laboratoire des Initiatives*, je me rendais au Salon Educatice-Educatec où conférences et débats ouvraient d’autres pistes sur « L’intelligence artificielle au service de l’école inclusive » et les « Défis et enjeux du numérique ». Ces pistes m’ont permis de me frayer un chemin dans les méandres d’Internet et de butiner ce qui me semblait utile à explorer.

La lecture de quelques ouvrages a clarifié les liens entre numérique et neurosciences cognitives : « La fabrique de crétin digital » de M. Desmurget, « Comment utiliser les écrans en famille – Petit guide à l’usage des parents 3.0 » d’E Pasquinelli et « Nos cerveaux resteront ils humains ? » de C. Vidal.

Je rassemblais tous ces éléments  sur une présentation « génially : numérique et éducation inclusive » quand la distanciation physique et le confinement imposés par le « corona virus » ont affirmé la place de l’écran en l’instaurant vecteur de la relation sociale et de la continuité pédagogique. Faisant fi des principes sur « les temps d’écran », les petites lucarnes des smartphones et tablettes, les fenêtres des ordinateurs et les baies vitrées des smart-tv invitent à la maison les grands-parents, les profs, les prêtres, les collègues de travail, les amis, les ministres… Nos maisons deviennent école, église, bureau … et café du commerce où les discussions sont alimentées par « fèques ou trous niouze » ! Ce n’était, à mon sens, plus le moment de présenter les dangers du tout numérique, au risque, bien modestement, de rajouter du trouble là où il y en avait déjà suffisamment.

J’ai donc abandonné momentanément la présentation «numérique et éducation inclusive» pour en proposer une, plus ludique, non exhaustive mais cependant virtuelle, « restez chez vous ! »  sur les manières d’apprendre différemment (musées, lectures, jeux, etc ).

Un nouveau terme est apparu : « continuité pédagogique » ou comment poursuivre les apprentissages sans être en classe !   

Toutes les expériences de E-École ont été tentées, de la conférence « selfie » à l’escape-game virtuel en passant par « Nation Apprenante » mais la relation triangulaire « écran-père (ou mère) -enfant ou adolescent » n’avait pas la saveur de celle « élèves – pairs – prof » où chacun s’enrichit des différents points de vue, questions, réponses et réactions de ses camarades… de la collaboration en somme, richesse du groupe classe dans une École de la relation.

Les acquis de ces expériences gagneront à être pérennisés au profit d’une éducation toujours plus inclusive, sur « École directe » par exemple les consignes de travail se sont éclaircies, les supports de cours comme les capsules vidéo expliquant une notion peuvent être vues plusieurs fois, les textes s’adaptent pour faciliter la lecture (modification de taille des caractères, des espacement…) ils peuvent même être écoutés et réduire la double tâche énergivore pour beaucoup … les moyens de compensation des troubles d’apprentissage se mettent en place.

Ce 22 juin 2020 met fin à cette année scolaire insolite, tout le monde (ou presque) a repris le chemin de l’école. Une attention particulière sera cependant nécessaire vers ceux à qui cette situation a parfaitement convenu, ceux qui recherchent surtout la convivialité et ceux pour qui l’école est uniquement source de connaissances. Il nous faudra surveiller les signes de décrochage et « d’illettrisme » pour les premiers ou, au contraire, de phobie scolaire et d’« encyclopédisme » pour ceux qui ont pu – enfin –s’affranchir des plages horaires et des limites imposées par les « programmes ». Nos élèves à besoins éducatifs particuliers sont souvent dans ces marges. Vous trouverez quelques pistes de réflexion ici .

Cette année s’achève, courte et très longue à la fois, je souhaite à chacun de bonnes vacances. Les miennes seront longues mais riches de toutes ces années vécues dans l’enseignement catholique. Merci à chacun de vous.

* le site du « laboratoire des initiatives »

Dominique Lamarle